BABEL HEUREUSE

SUIVANT

Carolyne Cannella

traduit

Michel-Ange

Michelangelo Buonarroti – Trois poèmes extraits de Rime

 

XXI

Chiunche nasce a morte arriva
nel fuggir del tempo ; e ’ l sole

niuna cosa lascia viva.

 

Manca il dolce e quel che dole
e gl’ ingegni e le parole ;
e le nostre antiche prole
al sole ombre, al vento un fummo.

 

Come voi uomini fummo,
lieti e tristi, come siete ;
e or siàn, come vedete,
terra al sol, di vita priva.

 

Ogni cosa a morte arriva.
Già fur gli occhi nostri interi
con la luce in ogni speco ;
or son voti, orrendi e neri,
e ciò porta il tempo seco.

 

*

 

 


Tout ce qui naît
avec le temps expire ; et le soleil
ne laisse en vie nulle chose.

 

S’évanouissent délices et peines,
et l’esprit des hommes, et les paroles vaines ;
et nos progénitures ne sont plus
qu’ombres au soleil, et fumée au vent.

 

Comme vous, nous fûmes des hommes,
tristes et joyeux, comme vous,

et à présent nous ne sommes

que terre au soleil, exsangues.
 

Toute chose vient à mourir.
Jadis nos yeux étaient intacts,
chaque orbite avait sa lumière ;
ils sont devenus laids, vides, éteints,

c’est hélas l’oeuvre du temps.

 


___________________________

 

 

 

Michel-Ange  - Deux Quatrains  ( Rime )

 

 

 

II

 

Sol io ardendo all’ombra mi rimango,

Quand’el sol de’suo razzi el mondo spoglia :

Ogni altro per piacere, e io per doglia,

Prostato in terra, mi lamento e piango

 

*

 

Dans le noir, seul, je me consume,

À l'heure où le soleil soustrait au monde sa lumière :

Par plaisir certains se courbent à terre,

Moi, je gémis et pleure en ma douleur

 

 

*

 

247 (*)

 

Caro m'è il sonno, e più l'esser di sasso

Infin che il danno e la vergogna dura.

Non veder, non sentir m'è gran ventura,

Però non mi svegliar, deh, parla basso.

 

*

 

Dormir m'est cher, et plus encore être de pierre

Aussi longtemps que durent et la honte et l'injure

Ce m'est grand bonheur de ne voir ni de sentir

Ne daigne m'éveiller, de grâce parle bas

 

 

Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni

dit Michel-Ange

 

 

 

(*) Ce quatrain écrit par Michel Ange fut une réponse à un poète courtisan de son époque qui fit l'éloge en vers de sa sculpture prête à s'éveiller et à s'animer.

Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni dit Michel-Ange

 

Son oeuvre poétique comporte plus de 300 poèmes.
« Rime » (Michelangelo) fut imprimé à titre posthume en 1623.
Il écrivit  ses premiers poèmes influencé par ses lectures de Dante, Pétrarque et les poètes florentins de la fin du XVe siècle, en particulier Lorenzo le Magnifique et Pulci.


Sa passion pour la poésie est restée privée.
Il use de formes brèves, le sonnet et surtout le madrigal, forme qu’il affectionne lui permettant une plus grande liberté d’expression.

« Rime » est tissée d’images métaphoriques d’un fort réalisme symbolique à la syntaxe ardue, concise et parfois obscure ;

une poésie difficile, intellectuelle et métaphysique.

 

On retrouve dans certains sonnets les thèmes de la nuit et de la mort,
non en tant que cessation de toutes choses, mais comme le début d'une vie renouvelée que nous expérimentons dans le rêve.
Le poète personnifie la nuit en ayant recourt aux verbes transitifs, la nuit venant à soulager de la douleur de vivre en apportant un répit.

Carolyne Cannella

 

Carolyne Cannella est auteur, poète, comédienne, traductrice et musicienne-enseignante, guitariste et luthiste.

Elle a participé à de nombreux concerts en France et à l’étranger.

Son site permet de mieux découvrir son travail.