Elen Riot  

 

Le kérosène irise l’eau, l’on drague là-bas par grand fond, sans en épuiser les dédales. Un vieux cuirassé semble y cuire, gros homard à la Piranèse. Le batiscaphe s’est perdu, dans l’espoir de le retrouver trois scaphandres sont descendus et comme les pêcheurs de phoque dans la légende de Gotland, dix jours plus tard sont revenus : « She sings blue swallow but I can’t follow ». L’eventyr fut bien chanté, les nixes se sont échappés, un seul est là, pendu par les pieds. Cependant que, sans se lasser, dans la campagne enneigée, Sir Oluf chevauche à la ronde pour y inviter à ses noces. 

Nous reste encore à chroniquer, et les histoires à collecter, juste à temps pour le déjeuner.  Il vient de finir sa journée, s’amène le cuisinier, on m’en a vanté la faconde, il a la langue bien pendue, et dès l’enfance il a connu « le maître », car il a grandi sur Fårö. Il interprète en bon conteur, si le pain est industriel, au moins sa langue, elle est bien pendue, plus on écoute ses histoires, il connaît un répertoire, plus il fait des gestes des bras, bientôt il sera Petrouchka. 

IX. Vers Visby