BABEL HEUREUSE

SUIVANT

Ensemble de poésie polonaise traduit par Isabelle Macor

Ewa Sonnenberg

UNE LETTRE ENTRE LES FLEURS DE POMMIERS

 

Tant malmenée que les mots s’embrasent en ordre de flammes

Toutes les réponses réduites en cendres

De mon corps l’eau fait naître le feu

 

Et ne me parle pas du pommier que l’on nous a pris

Ne me parle pas des fleurs que l’on nous a profanées

Il n’y a que les arbres et dans leur sève coule une lumière de sang

 

Et ne me dis pas que l’offense est inconcevable

Car j’en connais la dénomination plus que toi

Pour sur chaque centimètre de Terre savoir le contenu de cette lettre

 

 

 

 

 

 

 

***

 

Perfect purity is possible if you turn your life into a line

of poetry written with splash of blood

Yukio Mishima

 

Tu es une partie de mon nom

Capable de tout

Sous la forme d’un rayon de soleil

 

Tu es une partie de ma trace

Coupée en deux

La page bleue du globe

 

Tu es une partie de mon nom

Prêt à tout

La seule et même lumière du cœur

 

Tu es une partie de ma respiration

On ne s’attend pas l’un l’autre

Reprenant souffle en soi pour vivre

 

Tu es une partie de mon nom

Comme la Terre pour mourir

Toujours renaître pour soi

 

Tu es une partie de mon nom

Non un sentiment un battement de cœur

Chacun de nos combats

 

Tu es une partie de ma respiration

La mémoire des cicatrices déchire le corps

Une blessure inscrite en lumière

 

Tu es une partie de mon nom

L’aile invisible

Comme l’Immuable tu Es

 

Une partie de mon épaule blessée

Deux oiseaux penchés

Au levant vers toi

 

 

Tu es une partie de mon nom

Écrit avec tous les océans de la Terre

Comme une larme sur la joue

 

Tu es une partie de mon sang

L’incendie des bateaux de pluie

Sous la peau la brûlure de chacune de tes respirations

 

Tu es une partie de mes os

Dévoilé en moi

Plus que toi et moi

 

Tu es une partie de mon nom

Te taisant anonyme

Un courage surhumain

 

Tu es mon soldat

Moi rien qu’un fragment

De ton uniforme

 

On dit : ils ne sont pas l’un à l’autre sur Terre

Ils sont au Ciel

 

Tu es mon soldat

Moi je suis ton sabre

Portée haut dans le Ciel

 

Tu es une partie de ma flamme

Si moi je m’amoindris

La flamme devient plus grande

 

Tu es mon soldat

Mon étendard flamboyant sur les prairies de sang

De ceux qui courent avec des chardons d’espérance

 

Tu es une partie de mon nom

La mort elle –même ne comprendra pas

Le toucher de ces mots

 

Tu es mon soldat

Jusqu’au dernier soupir

Je fracasse le mur suivant

 

 

Tu es une partie de mes mots

Pas une langue du monde ne les prononcera

Quand tu parles la terre tremble

 

Tu es mon soldat

La terreur est un jeu pour nous

Car nous sommes les enfants du tonnerre

 

Tu es une partie de mon rêve

Lové dans notre ombre

Une déclaration au-delà de nous

 

Tu es une partie de mon enfance

La plus belle histoire du monde

Une histoire que seul Dieu écrit

Ewa Sonnenberg

 

Poète. Née en 1967.  A publié dans toutes les revues littéraires polonaises. Ses poèmes sont traduits en anglais, français, espagnol, allemand, suédois, turc, russe, hongrois, slovène, slovaque, tchèque, serbe, macédonien, bosniaque, italien, ukrainien. Auteur d’une dizaine de recueils de poésie, d’un choix de poèmes paru en 2014 et de proses.  Boursière de Kultura Niezależna (Culture Indépendante) à Paris (1996), deux fois boursière (2001, 2008) du Ministère de la Culture et du Patrimoine National. Elle a reçu le Prix Georg Trakl pour son recueil Hasard [Hazard] (1996), le Prix du meilleur poète du Festival Ilinden à Skopje (Macédoine, 2008), le Prix des Quatre Colonnes pour l’ensemble de son œuvre (2012). En 2016 elle est finaliste du Prix Orphée - K. I. Gałczyński de Poésie pour son recueil Hologrammes dont sont extraits les poèmes ci-dessus.

 

Elle est membre de l’Union des Écrivains Polonais. Vit à Wrocław.

Isabelle Macor

 

Traductrice de poésie polonaise contemporaine, chercheur en littératures comparées Isabelle Macor est l’auteur d’une thèse de Doctorat soutenue en Sorbonne sur la Poésie polonaise et la poésie française d’après-guerre autour d’une figure centrale, Czesław Miłosz. Enseignante, chercheur, ses travaux et publications portent essentiellement sur les poésies française et polonaise contemporaines : anime des ateliers d’écriture, séminaires de traduction, donne des conférences et des récitals de poésie. Traduit également de l’anglais. Membre de la SGDL, de la MEL, de l’ATLF, de la SFEP. En 1999, elle a obtenu la bourse « découverte », de traduction, du Centre National du Livre. En 2010 et 2012, puis en 2016 (résultat à venir) ses recueils de poésie traduite du polonais (Ewa Lipska et Urszula Kozioł) sont sur la liste des finalistes du prix Nelly Sachs. Elle a reçu le prix européen Horace de traduction poétique du Cénacle francophone des arts et des lettres en juin 2015 (http://cenacleeuropeen.eklablog.fr)  pour l’ensemble de son œuvre de traduction de poésie, une trentaine d’œuvres traduites, des articles, conférences) et pour la traduction des poèmes de Krzysztof Siwczyk, lauréat 2014 du Prix de poésie Kościelski (Genève). Czytnik linii papilarnych/Lecteur d’empreintes digitales, Ewa Lipska. janvier 2017, éditions LansKine. Plusieurs ouvrages de poètes polonais à paraître prochainement dont La Fabrique de levure/Drożdżownia, du jeune poète Jakub Kornhauser, lauréat du très prestigieux prix de poésie Wisława Szymborska, juin 2016, Cracovie.